Qui sommes-nous ? Les librairies Agenda Coups de coeur Dossiers
17 juillet 2021

Les histoires d'amour finissent mal... en général...

Comme dans ses romans précédents, Edyr Augusto a situé l’action de son nouveau roman dans l’État du Parà, au nord du Brésil, non loin de la Guyane et du Surinam. A Bélem, plus précisément. Une ville fluviale, industrieuse, peuplée, située à l’orée de la forêt amazonienne et au carrefour de tous les trafics, de tous les rêves et de tous les vices. Une ville où la violence sociale et la violence de la rue s’entretiennent et se nourrissent mutuellement sur fond de corruption politique.
Dans les rues de Bélem, la violence et la mort sont omniprésentes et banales. On s’y souvient du Docteur Marollo, ce chirurgien réputé mais désabusé, habité par la passion du jeu et des cartes au point d’investir dans un casino clandestin fréquenté aussi bien par les politiciens locaux que par de petits truands en peine de fortune, où d’âmes perdues nées dans la rue et pour lesquelles le jeu représenter une échappatoire souvent éphémère, illusoire et fatale.
Dans ce décor et ces ambiances implacables, le lecteur pourra suivre de près les trajectoires et les destins de Giovonaldo, Gio, qui s’efforce de sortir du lot grâce à son don pour les cartes, Paulo, jeune flic idéaliste tombé du mauvais côté de la criminalité, Paula, jeune femme lumineuse faite pour le jeu et attirée par l’argent , et un mystérieux tueur en série fumeur de Rothman’s…
Page après page l’intrigue prend corps, se noue, se déroule de manière implacable comme une tragédie classique qui entraîne ses protagonistes dans une spirale noire dont personne ne réchappe… Cela faisait longtemps que nous n’avions pas rencontré de personnages aussi bruts, aussi denses, aussi intenses, aussi marquants… Il y a des relents shakespeariens de toute beauté dans ce roman là… Laissez vous tenter...



Vos libraires s'associent pour vous parler du livre AUTREMENT