Qui sommes-nous ? Les librairies Événements Lectures Dossiers
27 juillet 2020

Quand les auteurs passent de la fiction à la pratique, l'idée peut se révéler être très mauvaise.

Donald Westalke a été publié entre autres par les Éditions Rivages et on le trouve en poche dans la collection "noire" de cette excellente maison : écrivain prolifique (122 titres parus en anglais, on n'est pas au bout de la pile) avec de nombreux pseudonymes, mort malheureusement en 2008, il a été traduit entre autres par Manchette, ce qui d'emblée, vous pose l'auteur.
"Le contrat" ne fait pas partie de la série qui l'a rendu célèbre et dont le personnage principal est Dortmunder, voleur malchanceux entouré de bras cassés.
Deux personnages se répartissent ici les rôles principaux, tous deux écrivains mais avec un statut bien différent. L'un, Bryce Proctorr, est adulé par ses lecteurs et est devenu un auteur incontournable mais totalement en panne d'inspiration quand le roman démarre. L'autre, Wayne Prentice, un ancien camarade de lycée de Bryce, est un auteur qui a eu peu de succès, possède une imagination débordante mais n'arrive plus à se faire publier. L'analyse du monde de l'édition et de la façon dont se font et se défont les auteurs est intéressante et Westlake n'hésite pas à appuyer là où ça fait mal.
Les deux hommes vont se retrouver par hasard après s'être perdus de vue pendant 20 ans et vont fomenter un plan qui permettra à l'un de sauver sa réputation et à l'autre d'empocher un bon paquet d'argent. Mais le "contrat" de Bryce Proctorr, à l'origine du plan, comporte une clause tout à fait particulière: il souhaite que Wayne tue sa femme avec laquelle il est en train de divorcer et qui veut lui soutirer un maximum d'argent à présent et à venir... Proctorr en est tellement malade qu'il n'arrive plus ni à se concentrer ni à rédiger une seule ligne.
Si la cupidité, l'envie et l'absence totale de scrupules caractérisent nos deux coquins, ils ne sont pas les seuls à démontrer de telles qualités.
Le crime aura lieu mais tout cela va donner évidemment lieu à des conséquences inattendues...
Si la veine humoristique pratiquée par Westalke avec Dortmunder n'est pas perceptible ici, le suspense fonctionne et la fin est glaçante !



Vos libraires s'associent pour vous parler du livre AUTREMENT